La pédagogie Suzuki est plus qu’une méthode d’apprentissage de la musique, c’est une philosophie d’enseignement et de vie, qui se voue au développement de la personnalité de l’enfant. Pour Shinichi Suzuki, l’apprentissage de la musique et de la vie sont en lien direct ; il a mis sur pied cette pédagogie « non pour faire de ces jeunes enfants des génies, mais pour développer leurs capacités grâce à l’étude du violon ».

Un peu d’histoire

Shinishi Suzuki, fils de luthier, né à Nagoya au Japon en 1898, commence à s’intéresser à la musique vers la fin de son adolescence et débute l’apprentissage du violon en autodidacte en reproduisant des mélodies écoutées.

Dans les années 20, il part en long voyage d’étude en Allemagne. Le choc culturel est un moteur positif dans la vie du Dr Suzuki et représente un carrefour important de son existence.

Au travers des difficultés que représente l’apprentissage d’une langue nouvelle, il se laisse interpeller par la capacité des jeunes enfants à apprendre leur propre langue maternelle. Ses observations le poussent à réfléchir à une méthode selon laquelle appliquer les principes de l’apprentissage de la langue maternelle à l’apprentissage de la musique.

Lors d’un concert, il est boulversé par « la magie de la musique » de Mozart et vit une sorte « d’extase » qui va changer sa perception de la vie. Dans ce nouveau pays, il recontre des gens exceptionels qui vont marquer son existence, notamment :

  • Karl Klinger qui devient son professeur de violon ;
  • Albert Einstein, une personnalité qui va beaucoup l’influencer ;
  • Waltraud Prange, son épouse.

Après 8 ans en Allemagne, il rentre au Japon avec son épouse. Progressivement, au travers de ses expériences, il élabore sa pédagogie. Dans le contexte de précarité et de grande pauvreté, d’après guerre, le Dr suzuki éprouve beaucoup d’empathie envers les enfants. Il est touché par leur réalité quotidienne et désire leur redonner de l’espoire au travers de l’enseignement de la musique.

La pédagogie

Dans la pédagogie Suzuki, le parent fait partie intégrante de l’apprentissage :

  • Il est important de créer une atmosphère de travail calme et ordonnée, où chacun puisse trouver et tenir sa place : le parent, l’enfant, et le professeur.

Autre « triangle » nécessaire à l’apprentissage de l’instrument : les leçons individuelles, les leçons de groupe, et le travail à la maison :

  • Les leçons individuelles seront en lien avec la progression intérieure et le rythme propre à chaque enfant ;
  • Les leçons de groupe seront plus axées sur le partage avec les autres et l’indépendance de l’enfant ;
  • Le travail quotidien à la maison développera entre autre la persistence et la persévérance.

Un autre point important de la pédagogie Suzuki consiste à développer la confiance en soi et l’estime de soi par un enseignement positif :

  • Toujours relever ce qui est positif, ce qui est bien ;
  • Encourager toujours et encore !!
  • Permettre l’erreur et chercher le moyen de venir en aide à l’enfant ;
  • Respecter le rythme de l’enfant et éviter de comparer les enfants ;
  • Ne pas fixer des buts trop élevés. ( « votre enfant deviendra une belle âme en apprenant à jouer du violon. Cela ne vous suffit-il pas ? »)

L’enseignement se veut simple, étape par étape, en étudiant un seul nouveau point à la fois :

  • Dans les cahiers Suzuki, la progression est régulière et sécurisante pour l’enfant ; il peut ainsi se fixer de petits buts, être fier de lui lorsqu’il les a atteinds, et ainsi passer à l’étape suivante renforcé dans la confiance qu’il a en ses propres capacités ;
  • Ne pas « sur-enseigner » l’enfant, il peut apprendre et découvrir certaines choses par lui-même !

L’apprentissage se fait par l’écoute, l’imitation et la répétition, de la même manière que l’apprentissage de notre langue maternelle :

  • L’apprentissage de la lecture de la musique est dissocié de l’apprentissage de l’instrument ;
  • Il est préférable pour le professeur de « montrer » plutôt que « d’expliquer » ;
  • Le répertoire est sans cesse répété, l’enfant gagnera ainsi en aisance et sa mémoire sera renforcée.

Finalement, les pièces du répertoires sont gaies et entrainantes, et l’approche est ludique tout en visant la qualité. La musique est jouée pour être partagée, avec la famille, dans les leçons de groupe, en concert …

La pédagogie Suzuki est accessible aussi aux enfants avec des difficultés particulières. Shinichi Suzuki désirait « qu’on ne se détourne pas de ceux qui ne suivent pas » et « qu’on abandonne pas à son sort un enfant qui éprouve des difficultés ».

Shinichi Suzuki ne désirait pas seulement partager la musique avec les enfants, mais il désirait avant tout, pour eux, un avenir et un monde meilleur :

« N’étudiez pas seulement pour être meilleur en musique,
mais meilleur en toute chose ».

Les passages entre guillemets sont tirés du livre « Vivre, c’est aimer » de S. Suzuki